Le TOP 10 des plantes pour composer un terrarium


Vous souhaitez confectionner vous-même votre terrarium mais vous ne savez pas quelles variétés utiliser ? Ou au contraire vous avez déjà votre petite idée mais vous avez besoin de quelques renseignements complémentaires ?
Si vous êtes à la recherche d’un conseil, d'une aide, ou de précisions afin de confirmer vos préférences, alors vous êtes au bon endroit.
Vous trouverez ci-dessous une liste détaillée, avec les températures à respecter, l’arrosage, la coupe, et de nombreuses astuces pour vous aider au mieux dans votre sélection :
- Le ficus Microcarpa
- Le Fittonia
- L’asparagus plumosus
- Le Caféier
- L'irésine
- La maranta
- Le pumila
- Le syngonium
- Le chamaedorea

Le ficus Microcarpa

Le ficus Microcarpa, que l’on appelle également le ficus ginseng, est un excellent choix.
Il est d'origine asiatique et aime s’épanouir dans un environnement humide, avec une température minimale de 15 degrés. Avant de la mettre en place, la motte de terre de votre ficus devra être immergée dans l’eau quelques instants. Pensez aussi à démêler délicatement les racines afin qu’elles puissent accéder facilement à l’eau. L’exposition en pleine lumière devra être évitée, préférez la mi-ombre. N’oubliez pas de couper régulièrement et soigneusement ses pousses afin de lui permettre de conserver une taille et une forme harmonieuse. Par ailleurs, les feuilles étant fragiles, faites attention à ne pas les casser lorsque vous les manipulerez. Pour l’arrosage, il suffira de vérifier régulièrement que la terre est bien humide en surface, si ce n’est pas le cas, versez modérément de l’eau tout en évitant la stagnation de celle-ci.

Le Fittonia

Le fittonia est originaire d’Amérique du Sud, plus précisément des forêts tropicales du Pérou et de la Colombie. C’est une espèce rampante dont les feuilles sont ovales et nervurées de jaune, vert, blanc, ou encore de rouge et de rose : parfaite pour donner de la couleur et de l’originalité à l’environnement de votre terrarium. La température idéale pour son épanouissement se situe entre 18 et 20 degrés. De par ses origines tropicales, il est idéal pour un terrarium car doit être forcément toujours humide, et à l’abri du froid et des courants d’air qui sont ses pires ennemis. Le fittonia n’est pas particulièrement sensible aux maladies, l’apparition de pucerons, de cochenilles ou de petites araignées rouges indiquent souvent un excès d’eau.

L’asparagus plumosus

L’asparagus plumosus est la variété la plus courante des asparagus. On l’appelle aussi l’Asparagus des fleuristes, qui l’utilisent souvent pour étoffer leurs compositions florales. Son feuillage fin et délicat mais assez dense et fourni lui donne un air de fougère. L’asparagus plumosus se plaît dans un environnement humide et lumineux ce qui lui permet d’arborer une belle couleur verte, mais est assez fragile, il faut penser à diviser les tiges pour qu’il soit aéré dans le terrarium. Sa facilité d’adaptation lui permet de vivre facilement en harmonie avec d’autres congénères. Si les feuilles de votre asparagus plumosus se mettent à jaunir, c’est sûrement à cause d’un manque de luminosité. Si vous trouvez que certaines tiges sont dégarnies ou trop longues, vous pouvez couper ces dernières afin que votre asparagus plumosus conserve une belle allure.

Le piléa involucrata

On trouve le piléa involucrata dans presque toutes les forêts tropicales. Il fait partie de la famille des urticacées, comme l'ortie. Cette espèce est facile d’entretien et apporte par ailleurs une touche de décoration originale de par ses feuilles aux formes ovales et à l’aspect gaufré, de couleur verte sur le dessus et violette sur le dessous.
Sa culture s’effectue dans un endroit lumineux et très humide. Si le bord des feuilles vient à jaunir, cela indique un manque d’eau. Une température trop basse et continue (moins de 15 degrés) se traduira par des feuilles qui noircissent et qui finissent par tomber. A contrario, évitez de placer votre piléa involucrata trop près d’une source de chaleur tels que les radiateurs. La floraison des piléas est rare, les fleurs sont petites et la plupart du temps teintées de rose.

Le Caféier

Le Caféier est un petit arbuste originaire d’Afrique tropicale. Il porte de grandes feuilles ovales à bord ondulés, d’un beau vert foncé brillant. La floraison qui est suivie de baies vertes puis rouges, renfermant les graines de café n’est pas possible en intérieur. Le caféier se comporte très bien dans un terrarium, qui lui permet d’éviter ses pires ennemies, les courants d’air froid et variations brutales de températures. ===Si des taches brunes apparaissent sur le feuillage, c’est que le caféier a été exposé au soleil direct ou à une trop grande chaleur. Il est important de tailler le Caféier en pinçant les nouvelles pousses pour garder un port impact. Privilégiez un contenant en hauteur pour mettre en avant sa jolie forme.

L'irésine

Elle fait partie de la grande famille des amaranthacées et est originaire du Brésil. Ses tiges rouges ou roses arborent des feuilles pourpres avec de belles nervures bien apparentes. Le feuillage peut également être rose, jaune et vert. Pour pouvoir donner le plein potentiel de ses coloris emplis de contrastes, les feuilles de l’irésine ont besoin de beaucoup de luminosité mais toujours indirecte. En dehors d’un terrarium, il faut l’arroser régulièrement pour que la terre ne sèche pas, surtout en été. En hiver, il est possible de vaporiser directement de l’eau sur son feuillage. Lorsqu’elle est en manque d’eau, l’irésine se fane et les feuilles s’affaissent. Il ne lui faut que quelques heures pour retrouver toute sa vitalité après qu’elle ait reçu un peu d’eau.

La maranta

Appelée aussi la marante, elle trouve son origine dans les forêts humides d’Amérique Centrale et du Sud. Elle doit son nom à Bartolomeo Maranta, un médecin et botaniste italien du 16éme siècle. La maranta a comme surnom « la plante de prière ». En effet, la nuit, ses feuilles se redressent et se referment, comme des mains formant le geste de la prière. Ses feuilles ovales d’une dizaine de centimètres sont très graphiques. Chacune d’elle présente de nombreuses nervures, colorées d’un rouge assez vif ou parfois rose, avec des tâches de couleur vert clair, plus ou moins régulières, qui entourent la totalité de la nervure centrale. La maranta ne supporte pas le plein soleil et aura une préférence pour la mi-ombre. Si elle est utilisée en dehors d’un terrarium, veillez à ce qu’elle dispose toujours d’une bonne hygrométrie et d’une terre bien fraiche, surtout en été.

Le pumila

Le pumila, encore appelé figuier nain ou figuier rampant, est rangé dans la catégorie des espèces dépolluantes. Originaire d’Asie, il fait partie de la famille des Moracées et appartient au genre ficus. Le pumila est une grande liane qui grandit très vite. On le retrouve souvent sur les façades de maisons qu’il est capable de recouvrir totalement grâce notamment à ses racines aériennes. Ses feuilles sont ovales et vertes, d’une taille moyenne de 3 centimètres, et leur texture rappelle celle du papier. Il aime la terre bien fraîche et humide, et n’apprécie pas les excès chaleurs qui font rapidement jaunir et tomber ses feuilles. Sa capacité à se développer rapidement nécessite de le tailler régulièrement afin d’éviter qu’il ne devienne trop envahissant au point d’étouffer les autres espèces qui se trouveraient dans le terrarium. A noter que dans le cas où son feuillage devient collant, cela est certainement dû à la présence de cochenilles.

Le syngonium

Le syngonium, surnommé patte-d’oie, est originaire d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, dans une zone se situant entre le Mexique et la Bolivie. Ses feuilles, en allure de fer de lance, prennent parfois la forme de cœurs. Elles sont de couleur verte avec des bords plus foncés mais peuvent se décliner en d’autres teintes comme le rose, le pourpre ou le panaché d’ivoire. En plus de son aspect très décoratif, le syngonium a la grande qualité de faire partie des espèces dépolluantes. L’entretien du syngonium n’a rien de contraignant. Une lumière indirecte lui suffit et il résiste très bien aux maladies. Il faudra toutefois apporter une attention particulière sur la sève du syngonium. En effet, cette dernière contient des substances qui peuvent irritent les muqueuses, notamment la bouche. Pensez donc à prendre des précautions lorsque vous le manipulez pour l’intégrer dans votre terrarium et lavez-vous rapidement les mains en cas de contact de la sève avec votre peau.

Le chamaedorea

Il s’agit d’un petit palmier qui pousse dans des milieux humides et que l’on retrouve au Mexique, plus généralement en Amérique du Sud et centrale. Son feuillage est composé de longues feuilles allant du vert clair au vert foncé.
Il est facile à entretenir, vit longtemps et n’a pas besoin d’une attention particulière. Un manque d’eau ? Les extrémités des feuilles grillent. Des taches brunes sur le feuillage ? Une exposition trop importante au soleil. Pour le reste, une température d’environ 18-20 degrés et l’humidité du terrarium permettront à votre chamaedorea de s’épanouir convenablement.